Comment se déroulent les études ?

La formation en orthophonie est régie par le Décret relatif au régime des études en vue du certificat de capacité d’orthophoniste du 30 août 2013 (disponible ici). Les études comportent dix semestres de formation organisés en deux cycles.

Le premier cycle (les 3 premières années) comprend six semestres de formation validés par l’obtention de 180 crédits européens (ECTS). Le volume horaire (cours magistraux + travaux dirigés) pour ce premier cycle est de 1946h, auxquelles s’ajoutent 780h de stages.

Le deuxième cycle comprend, quant à lui, quatre semestres de formation validés par l’obtention de 120 crédits européens (ECTS). Le volume horaire (cours magistraux + travaux dirigés) pour ce deuxième cycle est de 1212h, auxquelles s’ajoutent 1260h de stages.

La formation est composée de 12 modules répartis sur les différents semestres :

  1. Sciences humaines et sociales (40 ECTS) : Elles sont consacrées à l’étude des sciences du langage (linguistique, phonétique…), de la psychologie et des sciences de l’éducation, ainsi qu’une sensibilisation aux sciences de la société.
  2. Sciences biomédicales (35 ECTS) : Elles nous permettent une meilleure appréhension des troubles auxquels sont confrontés les orthophonistes. Elles sont consacrées à l’étude de la biologie, des neurosciences, de l’oto-rhino-laryngologie, de la pédiatrie et des troubles du développement, de la gériatrie, de la psychiatrie et quelques notions de pharmacologie.
  3. Sciences physiques et techniques (6 ECTS) : Elles sont composées de la physique générale et acoustique, ainsi que de l’imagerie, les explorations et les investigations médicales.
  4. Orthophonie : la profession (14 ECTS) : Une connaissance et un historique de la profession y sont dispensés, ainsi que des enseignements tels que le bilan et l’évaluation en orthophonie, la démarche clinique et l’intervention orthophonique, l’éducation thérapeutique et la relation thérapeutique.
  5. Pratiques professionnelles (91 ECTS) : Ce sont les cours théoriques permettant une pratique adaptée. On y apprend les techniques de prévention et de dépistage, de bilans et bien évidemment de toutes les rééducations. Ils sont organisés autour de 8 pôles :
    • communication et langage oral
    • langage écrit, graphisme et écriture
    • cognition mathématique
    • troubles de l’oralité
    • audition
    • phonation et déglutition
    • pathologies neurologiques
    • handicap
  6. Formation à la pratique clinique (46 ECTS) = les stages : La formation est composée de trois types de stages de durées variables :
    • les stages de découverte : en milieu scolaire, en structure d’accueil personnes âgées/petite enfance, en cabinet libéral et en structure de soins.
    • les stages d’observation professionnelle et les stages cliniques (allant de 90h à 750h pour le dernier) : ils ont pour but de permettre à l’étudiant d’observer les pratiques orthophoniques puis de participer progressivement à la prise en charge thérapeutique des patients sous supervision du maitre de stage.
    • le stage de sensibilisation à la recherche : il a pour but de permettre la découverte d’activités de recherche dans un laboratoire rattaché à l’université.

    Les stages s’effectuent en immersion sur une période ou en alternance sur la semaine avec les cours.

  7. Recherche en orthophonie (32 ECTS) : Ce module est consacré à la recherche bibliographique et de documentation, à l’étude des statistiques et à la méthodologie d’analyse d’articles. Des cours visant la réalisation du mémoire y sont également dispensés.
  8. Compétences transversales (13 ECTS) :
    • infectiologie et hygiène
    • formation aux gestes et aux soins d’urgence
    • Communication avec le patient, l’entourage et les autres professionnels
    • langues vivantes
    • C2i niveau 1 et niveau 2 métiers de la santé
  9. Santé publique (8 ECTS)
  10. Evaluation des pratiques professionnelles (1 ECTS)
  11. Séminaires professionnels (2 ECTS)
  12. UE Optionnelles obligatoires (12 ECTS) : Elles permettent à l’étudiant de développer un parcours personnalisé, puisqu’il pourra choisir librement au sein de la structure dispensant la formation.

 

F.A.Q. : La réforme des études, qu’est-ce que ça change ?

Est-ce qu’il y a toujours un concours d’entrée ?
L’examen d’aptitudes est maintenu pour intégrer les études d’orthophonie qui sont soumises à des quotas fixés par arrêté ministériel.

Est-il plus facile d’enseigner ou de faire de la recherche pour les orthophonistes ?

La reconnaissance du Certificat de Capacité d’Orthophoniste au grade Master permet d’intégrer pleinement notre formation dans le système Licence-Master-Doctorat et donc de faciliter l’accès direct aux Doctorats (inscription soumise néanmoins à sélection) et donc à la recherche, ainsi que l’accès à l’enseignement en tant que Professeur Universitaire.

La mobilité est-elle facilitée grâce à la réforme ?

La nouvelle maquette de formation est basée sur le système de crédits européens (ECTS) qui sont acquis au fur et à mesure de l’avancement dans le cursus. Ces crédits permettent une reconnaissance des acquis au niveau européen, et, par conséquent, une mobilité facilitée. De plus, l’harmonisation de la formation dans les différentes villes de France facilitera les transferts entre centres de formation.

Est-ce que si je viens d’une filière comme les sciences du langage je pourrai avoir une équivalence pour intégrer la filière orthophonie ?

La création de passerelles n’a pas encore été discutée au niveau national, et se fera donc au cas par cas dans les universités concernées. La sélection se fera sur dossier (accompagné d’un éventuel entretien), cependant les places seront limitées.